Andrew Tallon est mort sans doute trop tôt. Il aurait traversé l’Atlantique pour venir voir le Président. Après le drame de Notre-Dame, son expertise aurait été bien utile. Un cancer du cerveau en a décidé autrement. Il s’est éteint le 16 novembre 2018. Belge par sa mère, il avait vécu à Paris. Il a numérisé Notre-Dame et bien d’autres cathédrales (Bourges, Chartres et Sens) car il avait la passion de l’histoire et plus précisément de l’architecture gothique.

Il était professeur agrégé d’Art au Vassar College et, à ce titre, enseignait l’art médiéval, l’architecture et l’acoustique pré-moderne. Il était titulaire d’un doctorat de l’Université de Columbia avec distinction, d’une maîtrise de l’Université de Paris-Sorbonne et d’une licence avec mention de l’Université de Princeton. Son deuxième livre (non achevé) s’intitulait The Structure of Gothic. Son premier, Notre-Dame de Paris, avait été co-écrit en français avec Dany Sandron et publié en 2013. Via la Fondation Andrew Mellon, il a initié le projet Mapping Gothic sur le Web. Il était aussi le co-fondateur et directeur de l’association caritative américaine Friends of Notre-Dame car il savait que le délabrement de Notre-Dame allait commencer à poser de sérieux problèmes.

L’art de numériser la perfection gothique

Andrew Tallon travaillait avec des historiens, des informaticiens et des architectes. C’est cette capacité de fédérer des talents et sa passion pour l’Art qui ont été les vrais moteurs de cette croisade du numérique au service de l’histoire.

Voici comment il expliquait pourquoi la numérisation de la cathédrale de Bourges était si importante.

La représentation tridimensionnelle numérique

Une représentation tridimensionnelle numérique complète de la cathédrale de Bourges – non seulement des volumes intérieurs et surfaces extérieures, mais aussi des endroits difficilement accessibles comme les combles, qui fournissent des renseignements sur l’épaisseur des voûtes et des murs – serait un outil inestimable pour « voir » le bâtiment comme jamais auparavant. Représentation qui ouvrirait une voie nouvelle à la compréhension des problèmes structuraux du bâtiment. Elle pourrait en outre fournir des réponses à de lointaines questions concernant la séquence de construction, la structure et la géométrie sous-jacente du bâtiment.

Source : Tallon, Andrew, “La cathédrale de Bourges à la lumière du laser,” in Cathédrale de Bourges, ed. Irène Jourd’heuil, Sylvie Marchant and Marie-Hélène Priet, 195-199, Tours : Presses Universitaires François Rabelais, 2017.

Pour la cathédrale de Bourges, Tallon et son équipe de 5 personnes dont 4 informaticiens de l’Université de Colombia ont collecté près de 4 Go de données en utilisant un laser dirigé par ordinateur. Ce laser a relevé la distance entre l’origine et chaque surface rencontrée jusqu’à 50 000 fois par seconde. Les mesures recueillies (250 millions) ont été liées aux autres ce qui a permis de créer un plan spatial de la cathédrale.

Bourges, scanographie laser (image A. Tallon).

La scanographie laser produit des plans, des coupes longitudinales ou transversales. Ce géoréférencement de nuages de points permet de déceler les ouvrage antérieurs, leur rénovation ou intégration à de nouveaux espaces mais aussi les problèmes de structure…Or, étonnamment, c’est ce dernier point qui a été le plus surprenant. « L’étude cartographique permet de voir l’extrême précision avec laquelle les piliers du cœur sont alignés sur ceux de l’Eglise basse ». La perfection était bien présente dans la conception presque sans moyen de ces édifices.

Mapping Gothic France, l’espace, le temps et la narration

Le projet Mapping Gothic France initié par Andrew est une source inépuisable de références liées au gothique. Vous pouvez le découvrir via le lien suivant : http://mappinggothic.org/. Les cathédrales étudiées (XII et XIIIème siècle) sont positionnées dans le nord de la France, le centre, l’ouest et le sud-ouest mais également dans le sud de l’Angleterre.

Ce qui est novateur est de superposer des couches d’informations et de les lier. L’espace permet de visualiser les implantations des cathédrales en Europe. Cette géolocalisation permet de représenter dans l’espace des groupes architecturaux. Ainsi le groupe Picardie comporte 6 cathédrales au style similaire. Plans, histoire, chronologie, panoramas sont disponibles pour chacune. Beaucoup ne sont pas encore numérisées. Il est également possible de comparer les éléments architecturaux des différentes cathédrales étudiées, autels, nefs, transepts…

Le temps positionne sur la carte les édifices bâtis lors des différents règnes qui se sont succédés sur la période. Quant à la narration, elle référence les textes de recherche liés au gothique et à l’histoire de France.

Exposition 2012 au Frances Lehman Loeb Art Center dédiée au lancement  de Mapping Gothic France.

Les projets d’Andrew

Andrew s’intéressait à la technologie photographique et numérique, les deux étant liées. Le drone pour un usage photogrammétrique commençait à être testé sur la cathédrale de Beauvais.

Les images 3D stéréoscopiques pouvaient être produites grâce à ce qu’Andrew Tallon nommait « l’ubiquité des smartphones de mes étudiants ». Il souhaitait faire partager une expérience immersive des cathédrales via le Google Cardboard, un casque de réalité virtuelle fonctionnant à l’aide d’un smartphone compatible. Ce casque permet principalement de visualiser des images de réalité virtuelle générées par des applications spécifiques ainsi que des vidéos et prises de vues en 360 degrés. La photographie panoramique interactive était destinée à enrichir Mapping Gothic.

Le Cloud et Jetstream étaient également mobilisés. En raison de la taille des bases de données (généralement de l’ordre de 100 gigaoctets chacune), le travail d’Andrew Tallon ne pouvait se faire qu’à Vassar. Mais une nouvelle solution clé en main appelée JetStream développée par Leica Geosystems, a permis de s’affranchir de cette contrainte. JetStream est maintenant en service chez Vassar dans le Cloud d’Amazon et rend possible des collaborations de recherche à distance.

La photographie Gigapixel présentait l’intérêt de fournir des images d’une extrême précision. Une image gigapixel est une image composée par un gigapixel, soit un milliard de pixels. Elle permet un véritable story-telling des objets ou des œuvres. Le Gigapixel pouvait être utilisé pour photographier les façades, les sculptures ou les peintures exposées. Il est un des produits phare de Google Arts&Culture.

Andrew Tallon savait pour Notre-Dame…

Andrew Tallon voyait ce qu’il fallait voir. Il voyait par les yeux et par les lasers. Il avait donc vu combien Notre-Dame était abimée et avait créé « The Friends of Notre-Dame ». Les gargouilles, la flèche, les clochetons, les garde-corps, tout était décrit comme menacé par la corrosion, la pollution, les pluies acides.

Andrew Tallon savait pour Notre Dame alors il s’est dépêché de lui rendre une certaine éternité, une éternité digitale. 

Aeternum est.

Pour aller plus loin

http://pages.vassar.edu/antallon/selected-publications/

Pour donner

A lire ou à relire